Lecture

Si on nous l’avait dit de Laura Trompette

Hi !

Pour ceux qui me suivent, je suis en examen à partir du 13 juin, alors autant vous l’avouer j’ai du pain sur la planche car je veux réussir ma dernière année. Pour cela, je fais mes synthèses, je dors à des heureus convenables et je lis.. oui, oui je lis. Vous allez me dire « mais enfin tu as autre chose à faiiiiire !! » Ralentissez les cocos, deux secondes, je vous explique. J’ai ma méthode et elle se nomme « Bosser c’est bien, lire c’est mieux ». Une année, j’ai complètement arrêté de lire pendant mes révisions, or ça ne m’a rien apporté d’autre que de la frustration. Ainsi, je bosse pour l’école et lorsque j’ai un coup de mou, que je n’arrive plus à me concentrer je lis quelques chapitres et je me sens beaucoup mieux et prête à me relancer dans mes études. Donc, se priver en période de stress, ce n’est pas bon : évitez cela ! C’est mon conseil. Mais n’en abusez pas. Mais, arrêtons de parler étude, parlons dernière lecture : « Si on nous l’avait dit » de Laura Trompette. Je vous emmène en campagne française, suivez-moi !


couv57934911.

Dans sa Corrèze natale, Alice Perret rêve de jours moins monotones, tout en acceptant avec bienveillance sa routine au sein de la ferme de ses parents. Elle mène en réalité une double existence : si Alice n’est personne dans sa campagne, elle est quelqu’un en ligne. L’arrivée impromptue de Nolan Sharp, businessman anglais en vadrouille dans l’hexagone, va renverser l’ordre établi. En l’espace de vingt-quatre heures, un événement tragique va rapprocher ces deux êtres qui n’étaient en rien prédisposés à se connaître, encore moins à s’attacher…

.

  • Titre : Si on nous l’avait dit
  • Auteur : Laura Trompette
  • Genre : Romance/Contemporain
  • Nombre de pages : 283 pages
  • Édition : JC Lattès (&moi)

Ainsi, j’ai dégoté ce petit lors d’une virée shopping avec ma soeur. J’avais tout de suite craqué sur la couverture et le résumé me semblait intéressant. J’ai découvert une édition que je voyais assez bien sur les blogs ou les Instas et j’ai enfin pu l’approcher de près. Mais voila, « Si on nous l’avait dit » de Laura Trompette ne m’a pas conquise. Et je suis déçue de ne pas avoir été emballée comme prévu. Je vous explique tout cela, tout de suite.

Commençons avec le point noir : l’écriture de l’auteur. Je dois avouer que je n’ai pas accroché du tout. Je n’ai pas eu le feeling, comme pour Les Loups de Riverdance, il y avait quelque chose qui me gênait. On sentait très bien que l’auteur était française, l’emploie d’expression en étant une preuve flagrante parce qu’on ne les retrouve pas vraiment dans les traductions. Mais là, il y avait un truc en trop.. le vocabulaire trop familier employé me dérangeait assez et je trouve cela dommage car l’histoire était jolie.

Et puisque je vous parle du récit en lui-même continuons sur notre lancée. La romance entre Alice Perret, une provinciale fermière, et Nolan Sharp, un anglais fortuné, c’était tout sauf.. ah bha si.. du déjà vu, mais un déjà vu qui ne m’a pas plu. Habituellement le Prince de la ville et la Princesse de la campagne, ça me plait, mais cette romance m’a parue un peu fade.. elle manquait d’un truc. C’était comme boire du Coca sans bulle.. Il manquait quelque chose pour rendre le tout plus harmonieux. Il n’empêche bien entendu que l’histoire reste mignonne et agréable à lire, j’ai dévoré le livre dans l’attente d’un mieux qui n’est pas venu. De plus, je trouve que le filon des envies d’Alice (aspiration d’une autre vie, voyager) n’a pas été suffisamment exploité. Une jeune femme rêvant de quitter sa Corrèze natale rencontre un gars fortuné et celui-ci ne l’emmène pas en voyage ou que sais-je ? Pourtant il avait les moyens de fournir de la main d’œuvre si il emmenait la jeune femme, mais non.. Toute l’action principale se déroule à la ferme.. à la ferme.. au bord de la Dordogne.. ou chez M. Sharp.. Youhou.. Dommage, ça aurait pu être intéressant et secouer la dynamique du livre.

Enfin, les personnages.. je crois que ça aurait pu être mieux même si je les ai tous deux apprécié du début à la fin. Je trouvais Nolan un peu trop fleur bleue à mon goût, mais après ce n’est qu’une question de point de vue, non ? Vous les aimez comment vous ? Tendre comme un bonbon ou ingérable comme un feu d’artifice ? Je n’ai pas grand chose à dire, entre une Alice qui en veut, qui bosse et ne lâche rien & un Nolan travailleur, déterminé mais un peu gnian-gnian, j’ai apprécié les personnages secondaires qui auraient pu prendre un peu plus de place, je pense.

Mais arrêtons-nous ici, et concluons. En somme, c’est une romance mignonne, attendrissante mais.. courte et rapide. Une histoire qui aurait pu être mieux exploitée à mon goût et une écriture qui ne m’a pas accrochée.

★ ★ ★ ☆ ☆

FinA

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s